Programmes de recherche

Les cochenilles en verger cidricole

Contexte

On observe depuis une dizaine d’années en verger cidricole, comme dans d’autres filières végétales, une recrudescence des problèmes sanitaires causés par les cochenilles. Deux espèces posent principalement problème sur pommier à cidre : la cochenille rouge du poirier (Epidiaspis leperii) et la cochenille virgule du pommier (Lepidosaphes ulmi). La taille réduite de ces insectes piqueurs-suceurs ainsi que leur mode de vie impliquent une difficulté à les observer et donc des erreurs d’identification. Les pullulations ne sont pas généralisées sur un bassin de production, ni même sur une même entité parcellaire, et restent ponctuelles, d’où la difficulté d’appréhender le problème et de tester les méthodes de lutte disponibles.

Organisme pilote

IFPC - Jean LE MAGUET - jean.lemaguet@ifpc.eu

Partenaires

CRAN, CDA des Côtes d'Armor, APPCM, INRA Sophia-Antipolis, ANSES

Durée du programme

Les travaux ont été initiés en 2012.

Objectif

Mieux connaître les cochenilles.

Etat d'avancement du projet

L’IFPC et différents partenaires techniques ont engagé des études pour mieux connaître la biologie de ces ravageurs et pour tester l’efficacité de méthodes de lutte mécanique ou chimique.

L’étude engagée a permis de préciser les caractéristiques principales des cochenilles (morphologie, nombre de stades larvaires, cycle biologique), notamment pour quatre espèces : Lepidosaphes ulmi, Epidiaspis leperii, Phenacoccus aceris et Parthenolecanium corni. Différentes méthodes de lutte (mécanique avec eau sous pression, chimique avec produits à base de lait de chaux) ont également été testées, mais leur succès reste mitigé. Néanmoins, d’autres essais doivent être entrepris afin d’affiner le positionnement de spécialités commerciales en fonction des espèces et de leur cycle.

Les principales connaissances sont synthétisées dans la fiche ci-jointe.

Une communication a été réalisée lors des Entretiens Cidricoles du SIVAL en janvier 2014.

Financement



 

Fiche mise à jour le 12 novembre 2015.

 
 
site internet saint malo